OPÉRATION VICE GRIPS 2 : UNE SAISIE RECORD DE MÉDICAMENTS FALSIFIÉS EN AFRIQUE, un état d’urgence sanitaire

Une conférence de presse conjointe avec l’Organisation Mondiale des Douanes s’est tenue le 25 octobre 2012 à Paris pour présenter les résultats de l’opération d’interception.


Opération VICE GRIPS 2 en bref

  • Dates de l’opération
    Du 11 au 20 juillet 2012.
    3 jours de formation du 11 au 13 juillet à Lomé, au Togo, suivis de 5 jours d’intervention douanière du 16 au 20 juillet.
  • 16 pays
    16 pays d’Afrique Subsaharienne : Bénin, Cameroun, Congo-république Démocratique, Congo-République, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Guinée, Libéria, Nigéria, Sénégal, Togo, Angola, Mozambique, Tanzanie et Kenya.
  • 16 ports maritimes
    Abidjan, Conakry, Cotonou, Dakar, Dar es Salam, Douala, Lagos, Libreville, Lomé, Luanda, Maputo, Matadi, Mombasa, Monrovia, Pointe Noire et Tema.
  • Interception
    84 conteneurs et 104 408 652 produits interceptés. 82,4 millions de produits de santé illicites et/ou contrefaits saisis, soit 79% des produits interceptés.
    Estimation de l’interception : plus de 40 millions d’USD[1].
  • Provenance
    82% des produits interceptés provenaient de Chine et 8% d’Inde.

Une opération d’une ampleur sans précédent qui a mobilisé 16 administrations douanières africaines

La sécurité et la santé publique des populations africaines sont  gravement menacées par la contrefaçon et la falsification de médicaments. Face à l‘explosion du trafic de faux médicaments et à la multiplication de nouvelles techniques de fraude, les douanes sont en première ligne pour lutter contre ce fléau et protéger les consommateurs.

C’est dans ce contexte que l’Institut International de Recherche Anti-Contrefaçon de Médicaments (IRACM) s’est associé à l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) pour l’organisation d’une grande opération de lutte contre la contrefaçon des produits de santé dans les principaux ports maritimes africains en juillet 2012 : l’opération VICE GRIPS 2.

L’opération VICE GRIPS 2 a mobilisé 16 administrations douanières du continent africain pour contrôler simultanément dans les principaux ports maritimes africains, durant 5 jours, les envois susceptibles de contenir des produits de santé contrefaisants ou illicites représentant sans nul doute un danger réel pour les populations locales.

En amont de cette phase opérationnelle, les fonctionnaires locaux des douanes participant à l’opération ont été formés durant 3 jours à reconnaître les caractéristiques techniques des différents produits susceptibles d’être contrefaits. Ils ont également été sensibilisés aux nouvelles méthodes d’enquête par les experts de l’OMD en conditions réelles (sur le terrain).

En 5 jours, plus de 82 millions de produits de santé contrefaits saisis pour une valeur de plus de 40 millions de dollars US

Introduits grâce à des techniques de fraude identiques à celles utilisées par les trafiquants de drogue et le crime organisé, les faux médicaments (antipaludéens, antiparasitaires, antibiotiques, pilules du lendemain, traitements contre la stérilité, produits génériques, sirops antitussifs, etc.) ont été découverts en masse dans plusieurs pays et notamment en Angola, au Togo, au Cameroun ou encore au Ghana.

Ces résultats sont plus qu’alarmants quant à la réalité du trafic de faux médicaments en Afrique. En extrapolant ces chiffres sur une année, on peut considérer que près de 10 milliards de médicaments contrefaits seraient introduits sur le continent pour une valeur potentielle de près de 5 milliards de dollars. Ceci confirme le caractère d’urgence d’une prise de conscience générale et la mise en œuvre d’actions pour contrer ce fléau.

Cette opération présente plusieurs avantages :

  • Détecter les nouveaux vecteurs et les nouvelles techniques de fraude de manière à pouvoir mettre en place des moyens de lutte adaptés ;
  • Former aux nouvelles techniques d’analyse de risque et de ciblage en situation réelle les douaniers locaux ;
  • Quantifier et qualifier le niveau actuel du phénomène de trafic de faux médicaments sur le continent africain.

 

Lire le communiqué de presse « Opération coup de poing de la douane contre les médicaments illicites en Afrique. Le trafic de faux médicaments met gravement en péril la santé des populations africaines. » 


[1] Valeur approximative de 0.5 USD/médicament.