RECHERCHE

Puisque l’on ne combat bien que ce que l’on connaît, l’une des priorités de l’IRACM est d’inciter la communauté internationale des chercheurs dans les disciplines concernées à se mobiliser sur le sujet de la contrefaçon de médicaments.

Contrairement à d’autres activités criminelles organisées à grande échelle comme le trafic de drogue, le commerce illicite de faux médicaments constitue un fléau relativement récent.

A ce titre, les « mafias » responsables de ce trafic profitent encore trop largement d’une vaste méconnaissance de l’ampleur et de la nature du phénomène.

Cette ignorance engendre une forme d’insouciance non seulement de la part des consommateurs, victimes potentielles, mais également parfois de la part des autorités nationales et internationales qui seraient pourtant en position de lutter efficacement contre ce trafic.

Ce déficit de savoir touche tout à la fois :

  • aux risques sanitaires réels encourus par les populations,
  • aux enjeux économiques mondiaux,
  • à l’efficacité ou aux lacunes des dispositifs juridiques nationaux existants,
  • aux techniques de production et de dissimulation des contrefaçons,
  • aux moyens technologiques ou organisationnels les plus adaptés pour lutter contre ce fléau.

Il y a donc aujourd’hui un besoin urgent de constituer en amont de toutes actions préventives ou répressives, un vaste socle de connaissances fiables, étayées et cohérentes sur chacun de ces sujets.

C’est pourquoi l’Institut a choisi de placer la recherche au nombre de ses missions prioritaires.

L’institut a donc vocation à encourager, accompagner ou financer l’ensemble des universitaires, étudiants chercheurs (en droit, médecine, pharmacie, sociologie, etc.) ou élèves des écoles de magistrature, de police ou des douanes engagés dans la production de tels savoirs fondamentaux.

Par ailleurs, l’IRACM constitue aujourd’hui un lieu spécialisé de rencontres et d’échanges entre les différents experts internationaux à l’œuvre sur le front de la lutte contre la fabrication et la diffusion de faux médicaments. Cette position privilégiée permet à l’ensemble des chercheurs et spécialistes de mettre en perspectives leurs données, savoirs et savoir-faire afin d’approfondir de leurs connaissances sur le sujet.

L’IRACM a publié des études et rapports, dont :

Rapport d’étude IRACM « contrefaçon de médicaments et organisations criminelles ».
Contrefaçon de médicaments : le nouveau visage du crime organisé. 25-sept.2013. Rapport présenté par l’IRACM. Auteur: Eric Przyswa.

Ce rapport analyse les nouvelles stratégies criminelles en lien avec le trafic de faux médicaments.

Pour en savoir plus sur le rapport d’étude IRACM
« contrefaçon de médicaments et organisations
criminelles ». 

 

 

La vente de médicaments en ligne en France. Enquête réalisée du 5 au 10 septembre 2012 par l’IFOP pour l’Institut International de Recherche Anti-Contrefaçon de Médicaments et L’Union des Fabricants. Echantillon de 999 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Pour en savoir plus sur l’enquête IRACM et UNIFAB « La vente de médicaments en ligne en France ».