PHARMACRIME : DES PROJETS EUROPEENS POUR CONTRER LA CRIMINALITE PHARMACEUTIQUE

Pharmacrime est un réseau informel de partenaires européens luttant contre les médicaments falsifiés/contrefaits. Les projets développés par ce réseau d’experts portent sur les enquêtes relatives à la criminalité pharmaceutique. Créé en 2009, Pharmacrime propose chaque année de nouveaux projets internationaux pour lutter contre la criminalité pharmaceutique qui s’est dangereusement aggravée ces dernières années.

Les projets Pharmacrime sont mis en œuvre par l’Association pour la coopération européenne de la justice et des affaires intérieures (EUCOJUST), une association internationale à but non lucratif, en partenariat avec plusieurs autorités européennes. Les projets Pharmacrime 1, 2 et 3 ont reçu un soutien financier de la Commission européenne (DG Home).

PHARMACRIME en bref

2010 Pharmacrime 1 Le premier projet Pharmacrime était destiné à traiter de cas pratiques d’enquête et à identifier les bonnes pratiques dans le domaine des médicaments falsifiés.La conférence organisée à Bruxelles en 2010 a réuni 130 experts de l’Union Européenne. ……………………………………
2012 Pharmacrime 2 Pharmacrime 2 s’est focalisé sur les problèmes spécifiques des médicaments falsifiés vendus sur Internet. Un guide pratique a été remis aux enquêteurs de l’Union Européenne.La conférence a été organisée à Bruxelles en 2012.
……………………………………
2014 Pharmacrime 3 Le projet Pharmacrime 3 a pour but d’aider les enquêteurs à développer une méthodologie efficace contre les groupes criminels qui tentent de pénétrer la chaîne d’approvisionnement licite avec des médicaments falsifiés.La conférence de validation a été organisée à Lyon en mars 2014 et a réuni 100 experts de 27 Etats européens.
…………………………………… 
2015 Pharmacrime 4 Pharmacrime 4 propose un guide de formation à destination des magistrats européens impliqués dans les enquêtes sur les médicaments falsifiés.
La conférence de validation a réuni près de 90 participants à Issy-les-Moulineaux (près de Paris), les 22 et 23 janvier 2015, à la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale (DGGN).