L’IRACM PUBLIE UNE ENQUETE DECRYPTANT LES COMPORTEMENTS ET MOTIVATIONS DES Français FACE A L’ACHAT DE MEDICAMENTS SUR INTERNET

Le 10 septembre 2012, l’IRACM présente une enquête réalisée par l’Ifop pour l’Institut International de Recherche Anti-Contrefaçon de Médicaments (IRACM) et l’UNIFAB, l’Union des Fabricants.

Précurseur sur le marché des sondages d’opinion et des études marketing, l’Institut français d’opinion publique (Ifop) est l’un des leaders de son secteur. C’est à ce titre que l’IRACM et l’UNIFAB lui ont confié la réalisation de cette étude menée dans un contexte où le gouvernement français s’intéressait à la mise en ligne des premières pharmacies.

L’enquête « la vente de médicaments en ligne » a été réalisée entre le 5 et le 10 septembre 2012 sur un échantillon de 999 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

La vente de médicaments en ligne en France

Alors que les saisies de faux médicaments se multiplient dans le monde, et que de nombreuses organisations répressives internationales mettent en place des opérations pour contrer ce phénomène, le gouvernement français décide d’emboiter le pas d’autres pays européens qui ont déjà adopté cette forme d’achat de médicaments sur internet.

En France, le 14 novembre 2012, la pharmacie de la Grâce de Dieu à Caen a mis en vente des médicaments sur son site pharma-gdd.com, sur lequel étaient vendus depuis un an des produits de parapharmacie.

Le 19 décembre 2012, le conseil des ministres français a adopté une ordonnance relative à l’encadrement de la vente de médicaments sur Internet et à la lutte contre la falsification de médicaments. Cette modalité de dispensation de médicaments est réservée aux pharmaciens et est rattachée à une pharmacie physique. Les médicaments autorisés à la vente libre sur le net sont les médicaments hors prescription médicale. Le 21 décembre 2012, l’ordonnance est publiée au Journal Officiel.

3% des Français ont déjà acheté un médicament sur internet

L’enquête révèle qu’en 2012, 3% des Français auraient déjà acheté un médicament sur prescription via une e-pharmacie, et 17% des Français seraient prêts à acheter des médicaments sur prescription par ce biais.

Sans toutefois constituer une pratique courante, l’achat sur internet de médicaments ne nécessitant pas de prescription médicale semble légèrement plus accepté car il a déjà été expérimenté par 9% des interviewés, quand 26% se déclarent prêts à le faire.

La principale motivation des Français pour cette forme d’achat serait des prix plus attractifs, soit 50% des interviewés. Un large choix commercial et la liberté de ne pas présenter une ordonnance à un professionnel de santé constituent les autres motivations du panel de Français interrogé.

Lors de l’enquête, en 2012, 77% des Français pensaient que la vente de médicaments sur internet était illégale, tandis que 23% pensaient qu’elle était déjà autorisée.

 

• Lire les résultats de l’enquête IRACM et UNIFAB « La vente de médicaments en ligne en France ».


• Lire le communiqué de presse.


• Consulter la page e-pharmacies en France pour en savoir plus sur la vente de médicaments sur internet.