ACTIONS GOUVERNEMENTALES

La souveraineté inaliénable de chaque pays confère une responsabilité majeure à son gouvernement dans la lutte contre le trafic de faux médicaments. ?
Autorité législative, judiciaire et exécutive, chaque état se doit d’élaborer les stratégies et de prendre les mesures adaptées à sa situation pour assurer la protection sanitaire de ses citoyens.

S’il n’existe pas une solution idéale applicable à tous, les initiatives des uns peuvent éclairer les pratiques des autres.

« Il n’existe pas de moyen simple et unique d’éliminer le problème. Chaque pays doit donc élaborer sa propre stratégie en fonction de sa situation, de l’ampleur du problème, des infrastructures disponibles et de ses ressources, humaines entre autres. »

Cette mise en garde contre toute approche simplificatrice était formulée dès 2000 par l’OMS au sein de son « Guide pour l’élaboration de mesures visant à éliminer les médicaments contrefaits ».
Recueil de recommandations et de mesures, ce guide propose à chaque pays une ligne directrice et des points fondamentaux pour élaborer son plan d’action national.

Loin d’être exhaustive, la liste des mesures gouvernementales suivante permet de dresser un panorama des principales initiatives prises par certains pays pour renforcer la lutte contre les faux médicaments.
Ces initiatives peuvent prendre diverses formes : mesures  règlementaires, réformes d’organisation, actions ponctuelles…
La mention de ces actions sur cette page ne présage pas de l’intensité avec laquelle elles ont été mises en œuvre concrètement, ni de leur efficacité réelle.
Ces mesures sont exemplaires d’une intention allant dans le sens des recommandations de l’OMS.

Lire la suite