L’agence de santé britannique alerte sur les dangers des faux médicaments

united-kingdom-health-agencyLa campagne #FakeMeds du MHRA en est à sa troisième année de déploiement. Elle tente de changer le comportement des consommateurs face à l’achat en ligne de faux produits médicaux – en particulier des pilules amaigrissantes, des médicaments contre la dysfonction érectile (ED) et, plus récemment, des trousses de dépistage des infections sexuellement transmissibles (ITS).

Source : www.prweek.com

Des médicaments périmés ou falsifiés introduits en prison

Un détenu a déclaré au média IranWire que plusieurs de ses compagnons de cellule se plaignaient de symptômes douloureux similaires à ceux d’un empoisonnement. La plupart d’entre eux ont déclaré qu’ils avaient développé ces symptômes après avoir pris des sédatifs. Selon les détenus, il n’y a d’autre choix que d’acheter les médicaments hors de prix introduits clandestinement au sein de la prison pour se soigner. Souvent, le médicament leur est vendu sans emballage, ce qui signifie probablement qu’il est périmé ou qu’il a été contrefait.

Source : www.iranwire.com

Europol saisi plus de 33 000 noms de domaine lors d’une opération de lutte contre la contrefaçon sur internet

Selon Europol, la dernière campagne In Our Sites (IOS) visant la contrefaçon et le piratage sur internet a permis la saisie de 33 600 domaines ainsi que l’arrestation de 12 personnes. Plus d’un million d’URL individuelles ont aussi été saisies et 2,2 millions liens de e-commerce ont été retirés. La campagne a également conduit à la saisie de comptes d’une valeur de plus d’1 million d’euros. Les sites incriminés vendaient toute une gamme d’articles illicites dont notamment des produits pharmaceutiques contrefaits.

Source : www.securingindustry.com

Un distributeur de faux médicaments arrêté

Aux Philippines, la Food and Drug Administration (FDA) a mis en garde le public contre la prolifération de médicaments falsifiés en vente libre qui pourraient poser de graves risques pour la santé. L’alerte a été émise suite à l’arrestation d’Alexis Asistio, un jeune homme âgé de 36 ans, soupçonné d’agir en tant que distributeur et fournisseur de médicaments contrefaits notamment des analgésiques, des traitements de la diarrhée et des stéroïdes fabriqués par des sociétés telles que Johnson & Johnson, Unilab et Pfizer. Le suspect et ses associés vendaient les faux traitements auprès de magasins de proximité.

Source : www.manilastandard.net

Le tribunal décide de réduire les peines de prison dans le procès des faux médicaments.

La cour d’appel de Cotonou a réduit les peines de prison des cinq responsables de compagnies pharmaceutiques impliqués dans l’affaire des faux médicaments. Condamnés en première instance à quatre ans de prison ferme, les responsables des sociétés Gapob, Ubipharm, CAME, Ubephar et Promo Pharma ont vu leur peine réduite à dix-huit mois ferme et le reste avec sursis. Ils devront également payer « 10 millions de francs CFA d’amende [15 300 euros] et une somme de 100 millions de francs CFA à titre de dommages et intérêts à verser solidairement à l’Etat », a rapporté l’un de leurs avocats.

Source : www.lemonde.fr