Bolivie : Le gouvernement annonce une nouvelle loi pour lutter contre le trafic de faux médicaments

Après avoir découvert l’existence d’un réseau de trafic de faux médicaments qui opérait à partir de la région frontalière de Desaguadero et distribuait ses produits illégaux à La Paz et dans l’intérieur du pays, le gouvernement a annoncé la mise en place d’une nouvelle loi sur les médicaments. « Ce que le président a demandé (Evo Morales), c’est qu’une norme puisse être élaborée, bien évidemment en coordination avec les organisations internationales qui réglementent la question des produits pharmaceutiques, avec l’association des pharmaciens et avec les autres organes contraignants », a déclaré le législateur. Une des nouveautés de cette loi sera la mise en place de dispositions pour éviter et sanctionner la falsification de médicaments. La loi 1737, en vigueur depuis 1996 ne serait plus adéquate en matière de contrôle et de qualité des médicaments.

Source : www.la-razon.com

Seychelles : Les experts français de MEDISAFE se rendent aux Seychelles

MEDISAFE accompagne 11 États volontaires d’Afrique de l’Est et du Centre pour améliorer la prévention, la détection et la riposte aux médicaments falsifiés. Le gouvernement des Seychelles participe au projet, les médicaments falsifiés étant un problème majeur. Du 1er au 4 avril à Victoria, l’agence publique française d’assistance technique internationale a effectué des visites de terrain. Des ateliers ont également permis aux experts internationaux de mieux comprendre les problèmes spécifiques des faux médicaments aux Seychelles. Le projet doit contribuer à lutter contre le crime organisé et à améliorer les résultats en matière de santé, selon deux stratégies :
• « contribuer au renforcement des capacités et de la valeur ajoutée des pays partenaires dans l’identification des médicaments falsifiés, dans la lutte contre leur production et leur trafic en Afrique orientale et centrale, et sensibiliser tous les dirigeants aux risques et aux problèmes majeurs en matière de santé publique ces trafics ;
• renforcer la coopération régionale et l’harmonisation en termes d’approches, de procédures et d’opérations conjointes de lutte contre la production et le trafic de produits médicaux et de médicaments falsifiés. »

Source : www.fr.africanews.com

Bolivie : Trois personnes arrêtées à Santa Cruz pour avoir vendu de faux médicaments

Suite au démantèlement récent d’un réseau de trafiquants de faux médicaments à La Paz, les autorités ont procédé à l’arrestation de 3 nouveaux suspects. Ces trois personnes feront l’objet d’une enquête pour vérifier s’ils entretiennent des relations avec la bande de La Paz. Des dépôts dans lesquels étaient stockées des médicaments falsifiés promettant de traiter les maladies de la prostate, des reins et d’autres maladies, ont été découverts durant cette nouvelle enquête.

Source : www.paginasiete.bo

Pérou : Les médicaments illicites représenteraient 10,5% du marché péruvien

Une étude de l’association nationale des pharmaciens révèle que les médicaments illicites représentent plus de 10% du marché pharmaceutique du pays. Aujourd’hui, 55,1% des cas de médicaments illégaux signalés à l’agence de santé (Digemid) proviennent d’établissements tels que des pharmacies, des distributeurs et des laboratoires ayant des pratiques clandestines. Par ailleurs, une recherche, présentée lors du séminaire « Analyse de l’accès aux médicaments au Pérou » organisée par la Société du commerce extérieur du Pérou (ComexPerú), a également montré que les médicaments les plus falsifiés étaient ceux agissant sur le système nerveux (26,93%), les antibactériens à usage systémique (18,97%), ceux agissant sur le système génito-urinaire et les hormones sexuelles (18,88%) ou encore sur la digestion (17,41%). En ce qui concerne la forme pharmaceutique, les comprimés (43,51%) et les comprimés enrobés (27,09%) étaient les plus falsifiés.

Source : www.andina.pe