Un instrument de musique pour détecter les faux médicaments ?

US-fake-medicinesDes ingénieurs de l’université de Californie ont mis au point un capteur permettant de tester l’authenticité d’un médicament. Ils se sont inspirés d’un instrument de musique vieux de plus de 3000 ans connu sous le nom de mbira ou piano à pouce. Ce capteur peut mesurer avec précision la densité d’un liquide. En effet, comparer la densité d’un médicament liquide suspect et la densité d’un médicament liquide authentique peut permettre de savoir si les deux médicaments contiennent les mêmes ingrédients.

Source : www.aawsat.com

Twitter refuse de donner accès à ses données sur les opioïdes à un chercheur américain

Un chercheur de l’université de Californie à San Diego, qui étudie les ventes illicites d’opioïdes sur les réseaux sociaux, s’est vu refusé l’accès à certaines données par Twitter.
Le chercheur a avoué avoir été étonné par le refus de Twitter compte tenu de l’épidémie de surdose d’opioïdes qui sévit aux États-Unis. Le refus de la plateforme semblerait cependant résulter d’une violation de ses conditions d’utilisation ; l’utilisation des données du service pour la surveillance des utilisateurs étant interdite.

Source : www.fredzone.org

Affaire des faux médicaments à Touba : 7 ans de prison requis contre les suspects

Le procureur du tribunal de Diourbel a requis une peine de sept ans de prison ferme et une amende d’un million CFA à l’encontre des deux suspects interpelés dans l’affaire des faux médicaments saisis en novembre 2017 à Touba Belel. Les accusés ont nié leur implication dans cette affaire et ont juré qu’ils ne se connaissaient pas à l’époque des faits.

Source : www.senenews.com

Pérou et Équateur s’unissent pour lutter contre le trafic de médicaments illicites

Une série d’opérations visant à lutter contre le commerce illicite des produits pharmaceutiques ont été menées et vont être menées par les autorités de réglementation des médicaments du Pérou et de l’Équateur. Les interventions ont lieu dans les zones frontalières des deux pays et visent les pharmacies et boutiques. Une opération côté péruvien (Aguas Verdes) auprès d’une chaîne de pharmacie a abouti à la fermeture d’une pharmacie dans laquelle des médicaments périmés, sans numéro de lot ni date d’expiration.

Source : www.andina.pe