Campagnes de sensibilisation et d’information 

Atteindre le grand public et le sensibiliser aux faux médicaments

Endémique dans les pays en développement, la contrefaçon de médicaments touche désormais le circuit officiel du médicament de pays développés comme les Etats-Unis et certains pays européens. En France, le circuit officiel est très sécurisé, et les patients bénéficient encore d’un remboursement sur certains médicaments et des prix plutôt bas. Mais sur internet ou en voyage, tout est possible.

En 2015, l’IRACM a souhaité s’adresser au grand public, et donc aux patients, afin de les sensibiliser sur la contrefaçon de médicaments dont l’ampleur inquiète et est mal connue. Cette activité a permis et permettra de délivrer des messages précis à toute une population nationale ou internationale. 

 

  • En 2015, la campagne « Le faux médicament, késako ? » sensibilise le grand public et propose le premier livret d’information pour les patients sur la contrefaçon de médicaments 

 

 

Une première campagne nationale a ainsi été développée en France pendant six mois en 2015. L’objectif était de sensibiliser les patients et le grand public aux pratiques d’achat sur internet et lors de voyages. Un livret de conseils était mis à la disposition des patients dans les salles d’attente des médecins et des CHU. Le livret « Le faux médicament, késako ? » a ainsi été édité à 180 000 exemplaires et a été consulté par les patients, mais aussi les professionnels de santé. Un quiz, une affiche, un site web et une déclinaison de cette campagne dans la presse, sur les réseaux sociaux et les blogs ont appuyé cette action.

Cette campagne destinée au préalable à la France a enregistré plus de 47 000 visites sur le site dédiéen 7 mois,  provenant de 130 pays des cinq continents. Le premier livret destiné aux faux médicaments en France comporte 16 pages et atteint une audience estimée de 12 millions de personnes.

Consulter le site de la campagne www.le-faux-medicament-kesako.com et la page dédiée à cette campagne.

Pour en savoir plus.

 

  • En 2015 et 2016, le film « La famille Toutfaux » créé le buzz sur les réseaux sociaux

  

 

Avec 95% des pharmacies en lignes illégales et la vente de médicaments sans ordonnance sur internet autorisée en France depuis janvier 2013, l’IRACM a complété la campagne lancée en France en 2015 par un film de sensibilisation orienté vers les trois produits « de confort » les plus souvent commandés sur internet : les amincissants, les dopants et le traitement de la dysfonctionnement érectile. D’autres produits peuvent également être achetés sur internet en Europe : les anti-inflammatoires, les antidouleurs, les antiseptiques et le matériel médical.

Ainsi, le film humoristique au format d’une sitcom met en scène une famille française dont trois de ses membres ont tenté l’achat de produits dits de confort sur internet. Ce film est le second volet de la campagne « le faux médicament, késako ? », première du genre, et se concentre sur les risques encourus sur internet.

La vidéo a recueilli plus de 3 millions de vues sur les réseaux sociaux.

Pour en savoir plus.