Europe : COVID_19 – Un rapport datant de mars dernier pointait du doigt l’urgence de lutter contre le commerce illicite de produits pharmaceutiques

Les récentes saisies de fausses fournitures médicales vendues comme des remèdes contre le COVID-19 mettent en lumière la nécessité de faire face à un trafic international croissant de médicaments contrefaits, affirment l’OCDE et l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO).
Une étude conjointe des deux organisations estime que la contrefaçon de produits pharmaceutiques représente environ 4 milliards d’euros (4,35 milliards de dollars). Elle fonde cette estimation sur les données de saisie douanière entre 2014 et 2016. Entre 2014 et 2016, 96% de toutes les saisies douanières de faux produits pharmaceutiques ont concerné des livraisons par courrier ou par courrier express, ce qui était bien supérieur à la moyenne des autres produits. Pendant la période 2014-2016, des médicaments contre des maladies graves, telles que le paludisme, le VIH/SIDA et le cancer, figuraient parmi les contrefaçons saisies. L’Inde et la Chine étaient les plus gros producteurs, ciblant principalement les économies africaines, l’Europe et les États-Unis. Singapour et Hong Kong étaient les points de transit les plus importants de la chaîne d’approvisionnement des contrefaçons. Le Yémen et l’Iran sont d’autres points de transit pertinents pour les faux produits pharmaceutiques. Le commerce est facilité par la croissance des expéditions de petits colis, qui sont plus difficiles à détecter pour les douaniers.

Source : www.euipo.europa.eu I www.securingindustry.com

Retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *