RDC : Selon Médecins sans Frontières, un médicament falsifié aurait intoxiqué plus de 1000 personnes

Crédit photo : @MSF

Crédit photo : @MSF

Fin 2014, des patients présentant des symptômes de la méningite ont été admis dans les centres de santé de l’Ituri, près de la frontière entre la RDC et l’Ouganda ; 11 patients sont morts, dont 5 âgés de moins de 5 ans. Des tests approfondis sur les patients ont montré que les symptômes n’étaient pas dus à la méningite mais à l’ingestion d’une substance toxique. En analysant les différents médicaments prescrits dans la région, on a découvert que la toxine détectée chez les patients provenait de comprimés vendus en tant que diazépam, mais contenant en fait de l’halopéridol, un antipsychotique utilisé dans le traitement de la schizophrénie. La dose moyenne d’halopéridol contenue dans les comprimés était de 13,1 mg, soit « 20 à 25 fois la dose quotidienne maximale recommandée pour un enfant de 5 kilos ». Les médicaments falsifiés viendraient d’un laboratoire indien commercialisant officiellement de l’halopéridol, mais auraient été reconditionnés dans des flacons volontairement estampillés « diazépam » et vendus par un distributeur basé à Kampala (Ouganda).

Source : www.msf.fr I www.thelancet.com

Retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *