Gabon : Destruction de plusieurs tonnes de faux médicaments saisis par la police et la douane

Plusieurs tonnes de produits pharmaceutiques contrefaits, d’une valeur marchande estimée à plusieurs millions de francs CFA, ont été incinérées le 24 décembre 2013 à Okolassi, une localité située à environ 30 kilomètres de Libreville.

Comme dans de nombreux pays d’Afrique, les médicaments se vendent dans la rue et dans les marchés. C’est le cas dans la capitale gabonaise, sur les marchés de Mont Bouët à Nkembo, et aussi Nzeng-Ayong ou Oloumi. La population recherche avant tout des médicaments peu onéreux et qui soignent. Peu importe la provenance.

Ces faux médicaments proviennent de saisies effectuées lors des descentes policières dans ces «pharmacies par terre» et dans certaines officines privées de la capitale gabonaise, mais aussi de divers contrôles effectués par les Douanes gabonaises dans les ports et aéroports du pays.

Le Ministère de la Santé souhaite ainsi lancer un signal fort aux trafiquants et vendeurs de médicaments contrefaits. Le Gabon s’est doté d’une Direction du Médicament et de la Pharmacie (DMP) dont le rôle est de lutter contre le trafic des produits pharmaceutiques contrefaits, en veillant au respect de la réglementation en vigueur.

Sur le plan international, le Gabon a dû ratifier plusieurs textes juridiques tels que la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée, qui a pour mission de renforcer et de promouvoir la coopération internationale en matière de lutte contre la vente des produits pharmaceutiques contrefaits.

Retour

Les commentaires sont fermés.